Vos expériences

[Report] Festival Garosnow: entre électro et ski !

Un week-end dans les Pyrénées aux Angles, entre électro et sports d’hiver !!

On attendait avec impatience cette 6ème édition, avec cette fois-ci, le plein de neige sur la station.

On se régale d’avance de voir les montagnes vêtues de leur plus beau manteau blanc.

Samedi matin, le réveil sonne, session ski amorcée!

On chausse nos skis, et c’est parti pour une journée cheveux aux vents ou nez dans la neige pour certains...
Eh oui le froid ça revigore. Certains ont visiblement eu du mal à se remettre de la veille… 5 artistes de 22h jusqu’à 3h30.

Ceux qui étaient debout ont eu la chance de profiter du set techno d’Esteban en faisant un crochet au Snowpark pour taper du pied dans la poudreuse de 12h a 14h.

On profite de la fin d’après-midi pour se reposer et être en forme pour la seconde soirée du week-end.

Voilà le soir qu’on attendait le plus, que de découvertes et de variétés en prévision.
On déboule dans la salle sur la fin de la prestation de Tshegue en place avec ses musiciens, une ambiance chaude et une musique afro-punk hyper rythmique.
Ça respire la bonne humeur, il n’en fallait pas moins pour démarrer ce second soir.
Changement de registre, enchaîne ensuite le duo Polo & Pan et leur deep house planante.
On apprécie leur set avec des tracks smooth.

C’est ensuite 4 parisiens qui forment le groupe Contrefaçon qui entrent en piste avec leurs machines et leur micro.
De la bonne grosse techno un peu abrupte sur les bords, bien énervée aux influences 90’s aux beats gabber et des sonorités acid.
En live ça cartonne carrément, le public saute dans tous les sens, ces 4 là font soulever les pieds de leur public dans une salle maintenant bondée.
L’année dernière c’est Salut C’est cool qui nous avait fait sortir de nos goncs, et sur cette édition Contrefaçon fait le taff à son tour à déchaîner les foules.
Il est 2h15, le collectif joue un de leur morceau phare « Danser, Penser » qui finit de nous mettre en jambes, avant de nous quitter et de laisser la place à Marc Houle.
C’est parti pour un peu plus d’1h de techno en live. La canadien nous en met plein les oreilles avec mélodies et kicks technoïdes profonds. On espérait pas mieux pour clôturer le festival.

by Coline Avargues